Rien de tel au début d’un long week-end que de s’intéresser à une collection de gare, c’est le cas de le dire. Pratique lorsque l’on prend le train, la collection Les petits polars du Monde est idéale pour toutes sortes de trajets en train surtout que la SNCF collabore à ces publications. La collection réunie treize nouvelles de qualités inégales mais bien diversifiées.

Je me suis donc penchée sur quatre d’entre elles. « Un été 22″ de Tito Topin présente l’histoire d’un détective-généalogiste qui, pour les beaux yeux d’une escort girl se retrouve à farfouiller dans des histoires de famille des plus sordides. Sans être un grand chef-d’œuvre, cette nouvelle a eu le mérite d’être quelque peu agréable !!! « Triste comme un enfant » de Michel Quint met son héros, Stanislas Carpentier, écrivain, en face de la triche et du mensonge envers les autres et lui-même tandis que Didier Daeninckx raconte la résolution d’un meurtre à Nice en 1944 alors que la Libération arrive. La quatrième nouvelle, « Ce crétin de Stendhal » de Jean-Bernard Pouy met les personnages en face de la vengeance d’un homme. Toutes ses nouvelles mettent en avant un motif de meurtre ou d’enquête différent à chaque fois. De quoi se régaler à petites doses.

755145_1272382Ma mésaventure littéraire a quand même été la découverte d' »Eléazar ou la source et le buisson » de Michel Tournier. J’ai eu l’étrange tentation de découvrir la manière dont un jeune irlandais découvre le Christ et construit sa vie autour de sa foi et de sa femme. Jusqu’au moment où il décide de partir en Amérique et semble trouver en Californie l’image de la Terre promise. Une histoire spirituelle et tendre dont le charme m’a quand même essouflée. Et oui, il semblerait que je sois encore un peu hermétique à ce genre de littérature 😉

9782702404614FSEn revanche, je ne peux que conseiller un classique du polar britannique avec « Une mémoire d’éléphant » d’Agatha Christie. Avec ce roman nous découvrons une nouvelle enquête d’Hercule Poirot, aidé de Mrs Oliver, dans l’élucidation de la mort d’un couple survenue quinze ans plus tôt. Est-ce un meurtre ou un suicide organisé? Mrs Oliver est prise à parti par la mère du futur mari de sa nièce pour l’expliquer. Mais seules les petites cellules grises d’Hercule Poirot peuvent résoudre complètement cette énigme.

Et vous quelques idées pour un possible week-end pluvieux?

-Nyankomarie-