Un phénomène récent et incontournable

Le blog est une des révolutions du siècle dernier. Qui ne connait pas à l’heure actuelle ce phénomène? La création de blogs se retrouve dans tous les domaines : la littérature, la cuisine, les sciences, la philosophie et j’en passe…  C’est devenu un moyen et même un outil simple et rapide pour exposer ses idées, ses découvertes et ses ressentis.

Les bloggeurs, comme on les appelle, ont commencé à partager à la fois des images, du texte et même des vidéos grâce à des plateformes didactiques.  Même les personnes réticentes à l’informatique ont pu se laisser prendre au jeu.

Pour les personnes férues de leur blog, c’est quasiment un job à plein temps. Elles peuvent écrire plusieurs posts par semaine et même par jour. Le blog peut être perçu comme un ami très fidèle.

Un jardin secret pour les lecteurs

Cette multitude de blogs se nomme simplement la blogosphère. Très rapidement, les amoureux des livres ont débarqué sur la toile pour exposer leurs avis aussi bien sur les blogs que sur les sites des maisons d’édition et de vente.

Je pense que l’on peut distinguer deux groupes. D’une part, les blogs des lecteurs dont je fais partie qui sont « goulus » de découvertes et de partager leurs lectures. D’autre part, les blogs dits « des professionnels » : des maisons d’éditions, des auteurs, des sites marchands et des journalistes.

Chaque partie apporte sa pierre à l’édifice de la culture littéraire.

Approchons nous de plus près de cette première partie des blogs-lecteurs. Ce sont principalement des blogs personnels.  Des passionnés de lecture qui présentent leurs lectures en expliquant pourquoi ils ont aimé tel roman ou ce qu’ils n’ont pas aimé de manière un peu approfondie.

Pour égayer cette philosophie, Va Nessa du blog très populaire Book’N’Love (http://booknlove.weebly.com/) nous présente sa vision des choses. D’où lui vient cette envie de blogger ? Qu’est-ce que cela lui apporté ? Est-ce un projet à long terme ou à court terme ?

Je blogue depuis 2004 et tout cela à commencé alors que j’étais enceinte de mon premier fils. Avant cela, je n’avais pas vraiment de « passion », juste une  vie  banale : métro boulot dodo . Avec l’arrivée de mon fils j’ai pris du temps pour moi et mes passions. J’ai donc ouvert mon premier blog en 2004 car je me suis lancée dans les loisirs créatifs (art, peinture et scrapbooking). Mon blog m’a, à ce moment-là, apporté énormément vu que j’ai pu vivre de ma passion pendant quelques temps : création d’ateliers, écriture d’un livre sur le sujet, etc….Mon blog a été un tremplin pour moi. Petit à petit mon blog est devenu quelque chose de plus personnel, c’était mon univers à moi, mon jardin secret. Ayant une nouvelle vie de maman et de femme, j’avais besoin de me retrouver au travers de quelque chose rien que pour moi et mon blog a joué ce rôle à ce moment-là. Non pas que je m’en serve comme d’un journal intime car je n’ai jamais raconté ma vie privée sur mon blog mais il me permettait dans un premier temps de mettre en avant certaines choses et surtout de faire de nombreuses connaissances sur la toile.  De jolies rencontres comme de moins bonnes malheureusement. Lorsque j’ai arrêté les loisirs créatifs de façon professionnelle en 2012, mon envie bloguesque est pourtant restée bien présente. Certes ma passion a fondu avec le temps mais je ne m’imaginais pas ne pas bloguer. J’ai donc choisi de blogueur sur mon autre passion qu’est la lecture. Et je me retrouve parfaitement dans ce domaine également. Je pourrai même affirmer que bloguer littéraire est bien plus intéressant que bloguer artistique. Pourquoi ? Parce que mon blog littéraire me permet de recueillir toutes mes lectures, d’avoir un journal de mes lectures que je mets en avant sur la toile. Ici, pas de concurrence (contrairement à ce que j’ai pu vivre avec mon blog artistique)…Je ne suis en course avec personne, je blogue pour moi et rien que pour moi et tant mieux si les visiteurs pointent leur nez.

J’aime faire les choses à fond (ou alors je ne les fais pas) alors je m’investis beaucoup dans mon blog. Si je fais un article, je ne le fais pas à la va vite, je prends du temps et je me mets à la place du lecteur : que veut-il voir sur mon blog ? Comprendra-t-il ce que j’ai voulu faire passer dans ma chronique ? Adhérera-t-il à  mes avis ? Ce blog littéraire que j’ai actuellement a donc deux facettes : une personnelle car je parle de mes bilans, mes challenges, etc…et l’autre pour mes visiteurs qui s’intéressent à mes chroniques.

Projet à court ou long terme ? Disons que vu que je blogue depuis 2004, je ne m’imagine pas NE pas bloguer …C’est en moi, totalement en moi et j’en ai besoin…Peut être qu’un jour je me lasserai mais ce jour n’est pas venu… Mais une chose est certaine, je blogue principalement pour mon épanouissement personnel et tant que ça dure j’en suis heureuse….

Relation unilatérale ou bilatérale entre maison d’édition-lecteurs-auteurs ?

A l’heure actuelle, on peut constater que les billets formulés le sont assez souvent sur des livres reçus en partenariat ou service-presse. Que peut-on penser de ce genre de critique sur la base « réception d’un livre = un billet » ? Est-ce que ces bloggeurs restent intègres dans leurs avis ou est-ce que les avis sont rédigés dans le bon sens pour prolonger ces relations de partenariat avec les maisons d’édition ? Publicité facile ? Il y a lieu de s’interroger sur bon nombre de points.

Pour essayer d’y répondre, une agence de relation de presse  nous explique ce que cela apporte réellement.

  En tant qu’attachée de presse, je travaille régulièrement avec les bloggeurs car ils sont une vitrine des lecteurs, ils nous permettent d’avoir le point de vue des lecteurs, car les journalistes ne sont parfois pas la représentation de l’opinion du lectorat. Pour la pertinence des bloggeurs, il est vrai qu’il faut cibler les blogs mais il y a aussi parfois de belles découvertes pour les bloggeurs qui n’auraient pas pensé ouvrir tel livre et qui finalement l’ont adoré. En ce qui concerne les auteurs, ils aiment également avoir des avis des bloggeurs car savent que ce sont des avis neutres et objectifs, (il y a parfois des conflits d’intérêts entres journalistes/auteurs/éditeurs car c’est un petit milieu). L’inconvénient des posts de bloggeurs est la faute d’orthographe qui décrédibilise le billet… D’une manière générale et en tant qu’agence, nous aimons et devons travailler avec les bloggeurs car ils ont une influence certaine auprès des lecteurs.

Pour approfondir cette question, Monsieur Jean-Fabien, l’auteur de « Le journal d’un écrivain sans succès » nous exposé son sentiment.


Etant donné que vous êtes un auteur, j’aurais aimé avoir votre avis sur la relation des auteurs et des lecteurs par le biais des partenariats? Est-ce une bonne chose à votre avis ?

Il y a deux bons moments avec un lecteur : le moment où il achète un livre (mais là, je ne suis pas forcément là pour le voir – je ne peux malheureusement pas me cacher dans toutes les librairies de France en attendant le passant, même si ça doit être très drôle) et le moment où il me contacte (si, si, ça lui arrive… pour dire, par exemple, que le livre est trop cher ou que la fin lui a pas plu, ou encore – quand c’est une lectrice – pour me demander en mariage). J’avoue que je suis souvent assez frustré que tous les lecteurs qui me lisent (je parle donc de deux ou trois personnes si j’exclus mes parents et mon chat) ne viennent pas discuter avec moi sur FB ou autre de ce qu’ils en ont pensé (je ne parle même pas des demandes en mariage). Je suis un fan absolu du feedback (et j’ai pas honte en plus). L’avantage du partenariat est  qu’il développe – qu’il force même – cette relation entre lecteur et auteur. D’ailleurs tous les blogs qui me le demandent peuvent recevoir mon livre pour le lire (en numérique ou en physique) du moment qu’ils donnent leur avis honnête par la suite. Est-ce qu’il y a des inconvénients ? Oui, il y a quelques inconvénients, comme pour tout. J’ai connu quelques blogs que je ne nommerais pas – ils ne le méritent pas – et avec lesquels j’ai perdu pas mal de temps, à qui j’ai envoyé un livre, etc. et qui ne m’ont jamais répondu, malgré de nombreuses relances. Pourtant, je n’ai absolument aucun problème avec le fait de recevoir une mauvaise critique (ma voisine du 7ème n’a pas trop aimé, eh ben je lui en veux pas – enfin, presque pas). 

De manière plus générale, est-ce que vous pensez que c’est une bonne chose les blogs littéraires ?

Oui totalement. Les médias de masse « classiques » sont totalement sclérosés et assez peu dans la recherche de la nouveauté. Comme les journaux papier sont en crise, ils investissent de moins en moins et ont peu de temps pour lire des auteurs inconnus. C’est là toute la force des blogs : leur diversité. Je passe pas mal de temps à aller lire les avis de bloggeurs sur les bouquins qui sortent et je suis toujours étonné par une chose : leur passion. Et ben croyez-moi si vous voulez, mais ça donne envie de lire. Et donc d’écrire.

Face à la diversité de blogs littéraires, les nombreux partenariats, les goûts et les styles différents selon les blogueurs, on peut se demander s’il existe une critique idéale, et comment la rédiger ! Y-a-t-il un mode d’emploi ou bien faut-il simplement se laisser aller ?  Qu’en pensez-vous?

~Myrddin ~