Tout d’abord je remercie chaleureusement les éditions Scrineo pour ce partenariat. Quel roman!

 

BAT-BD-plat-1-couv_Un-ado-nommé-RIMBAUD

Présentation de l’éditeur:

Un roman sublime sur les convictions, les combats et les passions de l’un des plus grands poètes du XIXe siècle, à l’âge adolescent…

En ce début de l’été 1870, Arthur brille au collège de Charleville, où il rafle un par un les prix d’excellence. Son avenir semble tout tracé. Sa mère imagine pour lui une vie paisible et convenable, une carrière sans panache et respectable. Mais Arthur étouffe et ne supporte pas cet horizon étriqué.

Il rêve de Paris et de gloire: il veut être Poète!

Une année, douze mois fulgurants et quatre saisons colorées vont bouleverser son existence et l’arracher à l’enfance. Alors que la France est en guerre et que la révolution gronde, le bon élève se rebelle avec pour seules armes ses mots…

Et c’est ainsi qu’Arthur devient Rimbaud.

Mon avis

Quelle belle découverte! Ce roman est vraiment sublime, j’ai été très émue en le lisant tant les émotions décrites par Sophie Doudet auraient pu venir de Rimbaud lui-même. Pour moi, elle a parfaitement su se mettre à la place de cet adolescent rebelle qui se sentait mourir à petit feu. De plus, l’auteure a mis en place un procédé original pour introduire chaque chapitre: ils commencent tous par l’évocation d’une couleur, un petit clin d’œil à l’oeuvre de ce poète novateur qu’était Arthur Rimbaud. En voici un exemple: « Gris. On étouffe dans la grande salle des cérémonies du collège de Charleville. « 

En insérant tout au long du récit des vers provenant de divers auteurs, Sophie Doudet offre aux lecteurs de purs instants de bonheur (pour peu que l’on aime la poésie). Ainsi, les rimes de Rimbaud coulent entre les pages et nous emportent sur son « bateau ivre ». Quelle puissance évocatrice dans ses mots! Certes c’était un véritable génie mais il semblait profondément malheureux. Car à travers ses réactions et ses envies on sent surtout un besoin d’autodestruction, de repousser les limites, une sorte d’appel à l’aide en quelque sorte. C’était un jeune homme excessif aussi bien dans l’amour que dans la haine qu’il pouvait éprouver.

J’ai beaucoup aimé découvrir son lien avec sa petite sœur Isabelle. C’est très touchant de voir cet ado désabusé, dégoûté par la laideur et l’absurdité de la société dans laquelle il vit raconter à sa cadette des histoires merveilleuses pour la rassurer, la consoler ou la bercer. Elle est son point d’ancrage, celle qui l’empêche de sombrer. Pourtant, même son Petit Mimosa comme il se plaît à l’appeler n’aura pas su le retenir…

A la fin de l’ouvrage, l’auteure retrace brièvement les grands moments de la vie du poète. C’est tout à fait accessible à un jeune public grâce au style d’écriture et aux références historiques détaillées.

 « Un ado nommé Rimbaud » est un roman que je vous conseille donc vivement! Apprêtez-vous à vivre une aventure singulière au cœur même de la magie des mots, une expérience dont très souvent on ne revient pas indemne…

~Melissande~