J’ai un petit péché mignon: j’aime lire les livres originaux dont sont tirées les histoires les plus connues du patrimoine français et mondial. Les trucs qu’on nous raconte depuis notre tendre enfance. Les monuments de la culture populaire. Et je vous avoue que j’ai eu quelques désillusions. Voici quelques exemples:

Les Disney en général

C’est connu, mais ça fait toujours mal de le redécouvrir: Disney nous a soigneusement menti dans la plupart de ses films pour rester dans la bienveillance sucrée qui le caractérise. Alors petit tour d’horizon:

– Non, la Petite Sirène n’épouse pas le Prince à la fin. Au contraire, dans l’histoire d’Andersen, il en épouse une autre et elle choisit de se laisser mourir.

– Non, Esméralda ne vit pas une jolie histoire d’amour avec le capitaine Phébus. Dans le roman Notre Dame de Paris, de Victor Hugo, elle meurt, Quasimodo aussi, et Phébus reste le beau salopard qu’il n’a jamais cessé d’être dans tout le livre.

– Non, Aladdin n’est pas un brave voleur au grand coeur, un diamant d’innocence. Dans Les Mille et une nuits, il est un bon à rien, fainéant, qui désespère sa mère et dilapide le peu d’argent qu’il a. C’est d’ailleurs pour ça que le sorcier le choisit pour aller chercher la lampe à sa place. D’ailleurs, il n’y a pas un génie, mais deux dans le livre. Qui sont loin d’avoir un caractère bien défini.

– Non, Le livre de la jungle n’est pas l’histoire de Mowgli, le petit d’homme qu’il faut ramener chez les siens pour le sauver de Sher Khan. Déjà, chez Rudyard Kipling, Mowgli finit par retourner dans la jungle après avoir tenté vainement de s’acclimater chez les hommes. Ensuite, des personnages emblématiques ont été purement et simplement inventés par Disney, comme le roi Louis, l’immense orang-outang qui a un swing du tonnerre. Et enfin, on oublie que le livre est un recueil de nouvelles qui compte également une héroïque mangouste qui sauve sa famille de vilains cobras, ou un petit phoque blanc décidé à trouver une terre sûre pour les siens. Et oui, ils manquent carrément au film, je trouve.

Et il y en a plein d’autres évidemment, mais ceux-là m’ont marqué par la drôle d’impression de pas retrouver du tout la même histoire ni les mêmes personnages.

disney

La Guerre des Boutons

Ici, la désillusion tient à peu de chose. Les films (parce qu’il y en a eu au moins trois) sont relativement fidèles au roman sur l’intrigue. Mais quand vous citez cette histoire, une phrase vous vient à l’esprit et à l’esprit de tous immédiatement:

« Si j’aurais su, j’aurais pas venu »

Prononcée par le personnage de Tigibus, cette réplique est devenue mythique et indissociable de l’histoire. Sauf que… ELLE N’EST PAS DANS LE LIVRE ! Louis Pergaud n’est pas l’auteur de cette perle (et c’est pas faute de l’avoir cherchée pendant toute ma lecture). On la doit à la première adaptation cinéma de 1962 par Yves Robert. Et elle n’est donc pas libre de droit! On s’en est bien aperçu lorsque deux adaptations ont vu le jour coup sur coup en 2011 et n’ont pas obtenu le droit de la réutiliser, à la grande surprise des spectateurs de l’époque. Et ouais.

guerre des boutons

La Planète des Singes

Déjà, face à la déferlante d’adaptation, préquelles et autres spin-off cinématographiques hollywodiens depuis quelques années, peu des spectateurs de moins de trente ans savent qu’il s’agit, à l’origine, d’une adaptation de roman. Et encore moins, d’un court roman français des années 1960. Plus nombreux sont ceux qui se rappellent de la mythique version de 1968 avec Charlton Heston dans le rôle-titre. Alors évidemment, on notera une certaines « américanisation » de l’ensemble, inévitable: le personnage créé par Pierre Boulle ne s’appelle plus Ulysse mais Taylor. Mais là, ça va loin. Tout le monde se rappelle de cette célèbre découverte de la Statue de la Liberté, à moitié ensevelie dans la plage dans une posture apocalyptique, qui révèle au protagoniste qu’il se trouvait, en fait, sur Terre depuis le début. Spoilers: CETTE SCENE N’EST PAS DANS LE LIVRE! Et pour cause: le héros quitte la planète des singes et effectue un retour vers sa propre planète avant de se poser tout simplement à Paris, à Charles-De-Gaulle même, après avoir aperçu la Tour Eiffel de loin. On est quand même loin du compte. Ce qui me permet de pousser un bon coup de gueule contre les éditions Pocket qui ont quand même bien foiré avec cette couverture actuelle WTF:

singes

1. Ceci est un magnifique spoiler du film.

2. Ceci n’est PAS dans le livre.

Double foirage. Bravo.

Et vous? Avez-vous des histoires que vous pensiez connaître jusqu’à ce que vous lisiez le livre original?