Oniria tome 3

Présentation de l’éditeur:  Il existe un monde où prennent vie tous les rêves et les cauchemars que les Terriens endormis créent nuit après nuit: Oniria, le Royaume des Rêves. Grâce à son sablier magique, Eliott parcourt ce monde fou et merveilleux mais aussi plein de dangers. Son objectif: sauver son père du terrible sommeil dans lequel il est enfermé.

La guerre fait rage entre le Royaume des Rêves et la Nouvelle République Cauchemar, mettant Oniria à feu et à sang. Par ricochet, l’imagination des Terriens s’en trouve tétanisée. Eliott, Katsia et leurs amis essaient tant bien que mal de mener leur mission au milieu de ce chaos. Mais mensonges et trahison ébranlent bientôt leurs convictions les plus profondes. Le groupe des rebelles parviendra-t-il à conserver l’unité dont il a besoin pour sauver le père d’Eliott et ramener la paix à Oniria?

Mon avis

Après la lecture de ce tome, je me demande vraiment comment va se terminer l’aventure d’Eliott et de ses amis. En effet, le suspense est de plus en plus grand et certains personnages ont fait des choix pour le moins inattendus. De plus, l’auteure parvient à nous faire douter de la sincérité des intentions d’un protagoniste très important pour la quête de notre jeune Créateur. Et pour tout vous dire, même après avoir refermé le livre, je doute toujours de cette personne. ^^

Un événement en particulier qui survient vers la fin m’a chamboulée, je ne m’attendais pas à cela (même si l’Abre-fée avait laissé sous-entendre que certains événements dramatiques pouvaient survenir). B.F Parry nous surprend donc et par ce fait nous rappelle que tout choix à une conséquence. Quel qu’en soit le prix, Eliott devra mener à bien sa mission.

Comme pour le volume précédent, j’ai retrouvé avec plaisir les créatures d’Oniria. Il y a de plus en plus d’action car le Royaume des Rêves est en guerre: on sent que la reine Dithilde est mitigée mais elle ne semble pas encore être disposée à écouter sa fille, la princesse Aanor. Le griffon Sigurim est toujours aussi odieux. Il est à mes yeux encore plus antipathique que la Bête, c’est dire! Par contre, j’apprécie de plus en plus Til qui semble être un compagnon fidèle.

En somme, « La guerre des cauchemars » m’a bien plu. Comme pour les deux volumes précédents, il a été lu très rapidement. Cette série gagne en profondeur de volume en volume. Je vous la conseille donc vivement!

~Melissande~