La-ballade-dHester-Day_6678

 

Présentation de l’éditeur: C’est l’histoire d’une fille qui ne voulait pas aller à son bal de promo, d’un apprenti poète qui l’a épousée pour trouver l’inspiration et d’un petit garçon rondouillard qui, à défaut de devenir cow-boy de l’espace, est ravi de tracer la route en camping-car avec eux. L’équipée sauvage d’Hester Louise Day promet un voyage épique. La famille, même bricolée, ce n’est jamais un long fleuve tranquille, surtout quand on est recherché par la police et le FBI. Quand Jethro, son cousin de 10 ans, s’est invité dans le road trip, Hester n’a pas réfléchi aux conséquences. Ça ne la dérange pas d’être rattrapée, seulement, pas tout de suite, pas trop vite…

Disons-le tout net: un pur régal, dans la tradition des meilleurs road-movies à l’américaine. Baptiste Liger, L’Express.

la-ballade-dhester-day3

 

Mon avis

C’est grâce aux éditions du Livre de Poche que j’ai découvert cette petite pépite. Petite, certes, mais vibrante d’émotions. En effet, ce court roman est un régal: non seulement Hester est complètement déjantée mais le pire c’est que si l’on se penche sur la question, ses raisonnements ne sont pas insensés. Au contraire, ses réactions deviennent logiques et semblent bien plus naturelles que les sourires de façade que nous affichons en permanence par peur du «qu’en dira-t-on». Hester c’est une vraie tornade, une bouffée d’air frais et d’ironie dans une société aseptisée, où les individualités sont gommées tout comme le grain de peau des beautés américaines. De ces visages lisses, sans expressions, Hester n’en veut pas. Toute petite déjà elle se dit «spectatrice de sa propre vie» et se tient loin des sentiments qui pourraient lui faire perdre le contrôle de cette non-existence.

Même si le ton est léger, le récit aborde des sujets sérieux. Bien plus que la crise identitaire d’une ado mal dans sa peau, «La ballade d’Hester Day» est une ode à la musique, à la liberté, à la vraie vie tout simplement. De plus, les personnages sont très attachants: que ce soit Hester, Fenton, Jethro ou encore Jesus Freak (je vous laisse découvrir sa véritable identité ;-)), attendez-vous à un joyeux cortège de marginaux.

Moi qui ne suis pourtant pas fan de romans réalistes, j’ai dévoré ce bouquin. Je vous le recommande vivement, vous passerez un excellent moment avec cette galerie de personnages hauts en couleurs!

~Melissande~