51AsD4bBQLL._SX195_« Depuis des siècles, les mondes de l’acumen vivent sous la coupe de la dynastie Combrail. Dès la naissance, le statut de chaque habitant est gravé dans les replis de son ADN. Chacun fait partie d’une hiérarchie sociale immuable. Avec, au sommet, le Prime Garant Bosmor, et tout en bas de la pyramide des castes, des milliards de caires.
Quand Bosmor est victime d’une tentative d’assassinat, héritiers potentiels et ambitieuses multinationales s’affrontent de plus en plus ouvertement. Mais pourquoi chaque faction désireuse de s’emparer du pouvoir veut-elle mettre la main sur Palestel, l’insignifiant caire?
Traqué de toutes parts, il va devoir mener son enquête à travers l’acumen… mais d’abord, sauver sa peau.« 

Je remercie les éditions Scrinéo pour cette belle découverte de Science-Fiction.

Ce bon Space-opéra ne se limite pas qu’à ça. Même l’évolution dans l’espace est secondaire face à l’importance de la manipulation génétique qui domine toute l’intrigue. Les vaisseaux spatiaux et les voyages dans l’espace ne sont que secondaires pour un sujet politique qui entraîne de vrais enjeux sociaux. En revanche, je ne pense pas qu’au stade où l’on en est en génétique actuellement on puisse pousser l’extrapolation de la manipulation et du croisement des espèces génétiquement à ce point là. Par ce biais j’ai eu un peu de mal à être convaincue. Peut-être que mes connaissances biologiques étaient trop restreintes pour le comprendre aisément mais j’ai parfois été larguée.

Laurent Genefort à fait un pari avec son roman. Mais comme souvent en science-fiction les sujets sont parfois inaccessibles pour beaucoup de lecteurs, surtout ceux qui aiment lire un peu de tout et pas forcément de la science-fiction dure. Or, dans ce roman on est face à deux difficultés majeures. La première étant les noms des institutions et des planètes qui ne s’ancrent dans aucun contexte existant et donc peu facilement identifiables. Le problème est très juste pour les institutions que l’auteur tente d’expliquer souvent de manière brouillon ce qui fait qu’à la fin du roman on est content de connaître la finalité de l’histoire mais il y a bien des choses que l’on ne comprend pas. Je n’ai compris le système des castes que dans la seconde partie du roman, au moment où l’auteur a enfin pris le temps de faire des allusions qui les expliquent en partie. La deuxième étant les connaissances génétiques qu’on tente de nous expliquer sans parfois y arriver.

Par contre, j’ai beaucoup aimé le rythme de l’intrigue. On va de rebondissements en rebondissements, on se laisse happer par les aléas de cette course poursuite qui malmène tous les protagonistes, qu’ils soient principaux ou secondaires. J’ai bien aimé les personnages aussi, ainsi que leur évolution, leur comportement crédible et humain. Il y a quand même une sensibilité qui aide à s’identifier dans ce paysage inconnu. Bref, on arrive quand même à bien jouer le jeu de l’inconnu et à partir à l’aventure avec ce mec qui n’a, en apparence, plus rien à perdre. Une bonne aventure spatiale même si l’espace c’est qu’un peu et que l’humain c’est beaucoup. A découvrir quand même car on passe un très bon moment et on voyage beaucoup … et loin !

-Nyankomarie-