51ie7dhxyl-_sx195_

 

Résumé de l’éditeur

Il vit dans l’éther du monde des esprits. Il y dort, en attendant l’appel. Parfois, on le réveille. Appelé pour protéger le royaume, il possède la puissance et la souplesse de la panthère, la vitesse du guépard, la vue de l’aigle, les défenses de l’éléphant, à la charge du rhinocéros, la force du scarabée, le feu et les ailes du dernier dragon. De l’homme, il a hérité l’intelligence et la cruauté. Quand on l’invoque, il vient. Pour agir, il doit investir un corps humain. De génération en génération, il trouve un hôte pour vivre.

Il est dans mon sang, dans mon âme. Il dort en moi.

Mais je ne le savais pas. Je – ne – le – savais – pas.

Jusqu’au jour où j’ai appris que j’étais lui, que j’étais ZALIM…

Avis de Déborah

Pour commencer la couverture est magnifique! Dès que je l’ai vu, j’ai de suite eu envie de me plonger dans cet univers de fantasy.

Je ne suis pas une grande adepte de la fantasy, mais ici, un petit quelque chose m’a indéniablement attiré. Peut-être un petit côté manga, ou l’intriguant démon… Je ne sais pas vraiment, et, au final, cela n’a pas d’importance car j’ai vraiment adoré me plonger dans cet univers médiéval aux accents de magie.

Je dois avouer que le début fut laborieux pour moi. J’aime quand on rentre directement dans l’action. Ici, l’auteur prend le temps d’installer son univers et ses personnages. Nous les découvrons petit à petit et apprenons à les cerner. J’avais la sensation de les côtoyer et de vivre à leurs côtés.

Pourtant, plus ma lecture avançait, et plus j’avais envie de voir Zalim. Ce démon que tout le monde craint et qui pourrait faire basculer cette guerre.

L’auteur nous fait languir en nous laissant des pistes ici et là. Je ne vais pas mentir, aucune grande révélation pour ma part, aucun grand rebondissement non plus, les évènements qui s’enchaînent restes tous prévisibles. Mais ce n’était pas forcément le but de ce roman, et cela n’a en rien gâché mon plaisir. Peut-être, au contraire, qu’il en fut intensifié. Je savais où ça allait mener les personnages, j’avais vu juste, et, au final, j’ai aimé les voir se dépatouiller de ces situations.

L’écriture est fluide et les pages se tournent facilement. Plusieurs fois il me fut difficile de refermer le livre.

Je vais sûrement me faire des ennemis, mais je n’ai pas du tout accroché à l’héroïne.  Certes, elle est forte, intelligente, indépendante… mais quelque chose me dérangeait. Pour tout vous avouer, j’ai bien un personnage chouchou, que j’ai hâte de retrouver dans le dernier tome de ce dytique: Zalim.

Dès son apparition, plus rien n’existait autour. Je sens la complexité derrière ce démon et ça j’adore. J’ai vraiment envie de savoir où l’auteur va nous embarquer avec la relation entre ce démon assoiffé de sang et son hôte. De toute façon, moi j’ai toujours adoré les « méchants ».

Un monde bien construit, des personnages complexes, et une histoire qui tient la route. Un peu de magie, des démons, des batailles… Un cocktail explosif qui rend ce roman addictif.

J’attends la suite avec impatience car je n’ai pas eu assez de Zalim. J’espère de toutes mes forces que dans la suite, nous le verrons plus. Beaucoup plus. Mais, vu la fin de ce tome 1, je n’en doute pas.

Amateurs de fantasy, je vous recommande ce livre qui vous fera plonger dans un monde dangereux mais tellement intense.

Merci à Scrinéo et Carina pour cette très jolie lecture.

Avis de Nyankomarie:

Je suis, pour ma part, un peu moins enjouée que ma collaboratrice. L’auteure, très réputée pour ses romans visant les jeunes, nous offre une aventure un peu tiède. Pourquoi ? Parce que l’on retrouve trop de lieux communs au genre de la Fantasy young-adult. Je cherche dans ces romans une nouveauté, un élément qui stimule la curiosité. Or, ici, nous n’avons pas d’éléments de surprises. Tout est cousu de fil blanc et, au contraire de Déborah qui s’est laissée entraîner par le déroulement, je me suis doutée d’un bout à l’autre de l’histoire de la réaction des personnages et je n’ai pas réussi à me détacher des prévisions que j’avais faîtes car elles se sont toutes révélées justes.

Je souligne cependant que c’est le manque de nouveauté qui m’a ennuyé. Les qualités stylistiques et constructives du récit sont indéniables, il y a des personnages forts, intrigants, des péripéties et des intrigues. Mais voilà, c’est du déjà-vu. En même temps, c’est du déjà-vu pour moi, pas forcément pour un adolescent qui a moins de bagage littéraire que nous donc le succès du récit sur la longue durée peut être réussi. Ce n’est qu’à la toute fin où j’ai été un peu surprise par la direction prise par l’un de ses personnages mais pas par l’héroïne.

Pour les personnages principaux, l’intendant est intéressant bien que faisant figure de sauveur dans l’ombre du royaume. J’ai bien aimé également le personnage de Jad qui ne trouve pas vraiment sa place dans cet univers et qui peut révéler bien des surprises dans le second volume. Je m’attends cependant à un happy end ou du moins un passage définitif du côté du bien si l’on reste dans cette construction manichéenne du récit. La princesse Elyana est le personnage construit pour être celle à qui arrive un événement qui va forcément paraître injuste. Il est évident dès le départ que son rôle à venir dépassera le cadre politique de sa fonction. En revanche sa sœur, Kaia, est un personnage latent dont on ne soupçonne pas l’intégrité de caractère, au contraire elle se révèle pleine de surprises. J’attends vraiment de voir la manière dont l’auteure va développer ce personnage ainsi que celui de la promise du père d’Elyana.

Tout cela s’insère dans un décor très manichéen où la créature qu’est Zalim fait figure d’ombre et d’épouvante avant d’avoir un corps. Cette créature qui n’est pas du tout en osmose avec ce monde est assez imprévisible même si dans le fil de l’intrigue elle est prévisible. Son hôte est repérable dès la première page, son côté imprévisible penche dangereusement du côté du bien. La description de son hôte, qu’on ne connaît officiellement que dans les dernières pages, est telle qu’on devine son identité et les changements qu’elle va réussir à imposer à Zalim. J’espère me tromper sur l’intrigue prévisible du second volume car Carina Rozenfeld a intensifié son récit (pas son intrigue) dans la seconde moitié du roman. Son ouverture est imprévisible donc intéressante. J’attends donc la suite avec curiosité. Je remercie les éditions Scrinéo pour ce roman sympathique bien que peu innovant.

-Nyankomarie et Déborah-