Sur nombre de forums et de réseaux sociaux, on propose de faire voyager des livres. Parfois, il y a une liste d’attente, une véritable programmation mois après mois. Le livre se promène pendant presque un an. Intriguée, j’ai voulu en savoir plus sur cette pratique.

Un livre voyageur, kesako?

Tout part souvent d’un livre qui a beaucoup plu, et avec lequel un internaute a réussi à donner envie à ses contacts et copinautes. Le lecteur, particulièrement emballé, propose alors à ses contacts internet ou réels de prêter son livre. La proposition apparaît souvent sur un forum, un support où les membres se connaissent un minimum. Et la liste de volontaires s’allonge…. alors on s’organise: chaque inscrit s’engage à respecter un délai: on garde le livre un mois maximum par exemple, puis on l’envoie à la personne suivante sur la liste. Le livre passe ainsi de mains en mains… jusqu’à revenir à son propriétaire, qui y découvre la plupart du temps des petits mots de la part de tous les lecteurs qui ont fourni escale au livre.

Qu’est-ce qu’on en retire? Pour tous ceux qui recevront le livre, c’est là l’occasion de céder à une envie, de découvrir un livre qui a vraiment su attirer leur attention sans prendre le risque d’un achat ni l’encombrement de la PàL. Pour le propriétaire, c’est souvent le plaisir de faire découvrir son coup de coeur à un maximum de gens et d’en recueillir les petits souvenirs laissés par les participants à la fin du voyage. Pour tous, c’est l’occasion de participer à un échange, une chaine de partage qui dépasse le cadre virtuel du net. Un véritable esprit communautaire qui colle bien à l’esprit forum et blogueur.

Côté participant

Pour mes débuts, j’ai commencé par m’inscrire à des livres voyageurs. Evidemment, les conditions sont assez strictes, mais il faut être un peu respectueux: on est parfois nombreux, et on attend longtemps. Si l’un des membres de la chaine ne respecte pas les délais, c’est tout le monde qui prend du retard. Il arrive donc parfois qu’un membre reçoive bien le livre, mais le renvoie un ou deux mois plus tard sans l’avoir lu parce qu’il a eu des empêchements, oui mais bon, c’est le jeu ma pauvre Lucette.

Verdict? C’est juste génial. D’abord parce qu’on donne une vraie suite à notre visite sur les blogs et forum. Souvent , en lisant les avis des autres, notre réaction ressemble à : « Oh, ça a l’air trop bien, je note et je vais essayer de me le procurer! » Et bien là, ça devient concret: quelques semaines/mois plus tard, le livre viendra à nous tout seul, et la boucle est bouclée.
Ensuite parce que c’est un vrai bonheur de suivre en direct les avis des autres lecteurs sur ce même livre récemment lu ou qui le sera bientôt. Un véritable dynamisme, un échange très vivant naît alors.

Côté organisateur

Du coup, lorsque j’ai eu l’occasion, j’ai eu envie moi aussi de proposer un de mes livres au voyage.

Etape n°1: choisir le livre. L’occasion s’est présenté avec cet OLNI (Objet Livresque Non Identifié):

la nuit je suis buffy summersAcheté dans un salon du livre essentiellement sur la référence à une des séries de mon adolescence, ce livre est en réalité un livre-jeu, basé sur le principe des « livres dont vous êtes le héros »: les chapitres y sont dans le désordre et on les parcourt suivant les choix que l’on fait à la fin de chaque épisode, ce qui permet de lire une histoire différente à chaque « partie ». On y incarne une jeune femme internée en hôpital psychiatrique qui confond la réalité avec une chasse aux vampires.

Devant la curiosité qu’il a suscitée, je l’ai donc proposé en livre voyageur sur un des forums que je fréquentais. Et il a immédiatement trouvé preneur: plus de dix personnes ont souhaité l’accueillir. Une véritable partie en multi-joueurs! Alors j’ai laissé une consigne précise à mes co-lecteurs: laisser dans le livre un compte-rendu de la partie. Il faut en effet y tenir le compte de ses points de vie (que l’on perd en fonction des chapitres où l’on atterrit), de ses points de santé mentale (même combat) et des armes trouvées au fil de l’aventure. Comme chacun fait des choix différents, chaque lecture et chaque histoire ainsi construite est forcément différente.

Lorsque quelques mois plus tard, le livre est rentré dans ses pénates, quelle joie de constater que tout le monde avait joué le jeu!

Certains sont morts très vite, d’autres ont réussi à atteindre le chapitre où l’on ramasse une hache, d’autres encore se contenteront de lutter avec un élastique à cheveux ou le trench de Cordelia… Lire ainsi les résumés des différents scénario et des différentes expériences de lecture est en soi un pur moment de bonheur!

Verdict? Super! J’ai adoré suivre sur internet les péripéties de mon livre qui est revenu enrichi de toutes les mains par lesquelles il est passé. Et depuis son retour, je laisse soigneusement dedans les récits des lecteurs-joueurs, car il est devenu vraiment unique et spécial.

Et vous, avez-vous déjà testé les livres voyageurs?