Pour mes découvertes livresques de ce samedi, une fois n’est pas coutume, je ne vous présenterai qu’un seul roman mais non des moindres. Il s’agit du captivant Gardien de la Source de Vanessa Terral.

couv-gardien-source-terral-petite-version

 

 

Présentation de l’éditeur:         Les mythes sont notre mémoire

 

«Puis elle le vit. L’individu qui l’observait se tenait en retrait, à l’opposé de la pièce. Il ne cherchait pas à se fondre dans l’assemblée des gens bien nés. D’ailleurs, ceux-ci l’évitaient. C’était presque imperceptible, mais le flot des civilités s’écartait de lui dans une valse consommée.»

En cet été 1814, Marie-Constance de Varages, marquise du bourg d’Allemagne, et son héritière, Anne-Hélène, sont conviées au bal du comte de Forcalquier. Si une telle invitation ne se refuse pas, la marquise est inquiète. Quelques mois auparavant, sa fille a souffert d’un mal funeste et été sauvée in extremis. Depuis, elle n’est plus tout à fait la même… Quelle est donc cette ombre qui plane sur Anne-Hélène ? Et pourquoi le mystérieux Lazare, baron d’Oppedette, semble-t-il soudain subjugué par la jeune débutante?

 

Présentation de l’auteur: Vanessa Terral est auteur de nombreuses nouvelles ainsi que des romans Cinq pas sous terre et L’Aube de la guerrière. Avec Le Gardien de la Source, elle inaugure un nouveau genre en transportant le mythe d’Hadès et Perséphone au XIXème siècle.

 

Mon avis

 

Tout d’abord, l’illustration de couverture est sublime! Elle est signée Miesis et traduit à merveille l’ambiance et les thèmes du récit. On ressent le mystère et le lien qui va unir deux êtres que tout semble opposer dès le départ. Pourtant, la jeune Anne-Hélène abrite un secret l’intérieur de son corps frêle mais c’est cela qui va attirer le baron d’Oppedette.

Mêlant habilement le genre fantastique au récit historique, l’auteur a réussi à dépoussiérer un mythe très ancien, celui des amants maudits. Etant donné que l’histoire se passe bien après la Révolution française, plus précisément pendant les Cent-Jours, les détails et explications concernant le contexte et les tensions politiques de l’époque ne sont pas superflus.

Vanessa Terral nous offre une histoire romanesque, magique, dont la lecture n’est pas alourdie par les descriptions. Son style est fluide, elle décrit à merveille les tourments intérieurs de ces deux âmes brisées.

C’est donc surtout l’évolution des relations entre Anne-Hélène et Lazare que nous suivons tout au long du roman, avec de temps à autre des événements étranges. La Source, vous l’aurez certainement deviné, est un lieu stratégique où la mort et la malédiction s’affrontent et se disputent leurs victimes. Cela peut paraître sombre mais Vanessa Terral manie tellement bien sa plume que le récit n’est jamais oppressant.

 

Alors n’hésitez pas à vous laisser entraîner dans l’univers de cette merveilleuse conteuse.

 

~Melissande~