Couverture L'odalisque et l'éléphant

Leila a 7 ans. Toute petite odalisque, elle glisse sur ses babouches dans les couloirs ailés du palais. Elle rencontre le Sultan. Il tombe amoureux. Paf ! Tomber amoureux d’une odalisque minuscule à cause de ses oreilles, cela vous semble surprenant ?
Leila a 15 ans. Le Sultan reçoit un cadeau. Le plus énorme, le plus puissant, le plus sage, le plus courageux, le plus rond, le plus rare de tous les cadeaux. Leïla tombe amoureuse du cadeau du Sultan. Cela vous paraît troublant ?
Ce livre va vous raconter des histoires impossibles, des histoires dont vous avez rêvé, des histoires que vous avez oubliées. Il rend toutes les histoires d’amour impossibles, possibles !

Quelle belle couverture, quelles belles illustrations, pour un conte enchanteur qui m’a fait passer un très bon moment ! Pauline Alphen nous entraîne avec grâce et délicatesse dans un imaginaire oriental inspiré des Mille et Une Nuits, et nous offre une petite perle de poésie, une histoire adorable qui enchantera les petits et les grands enfants, en émouvant au passage quelques adultes!

L’histoire de Leila et de Hati l’éléphant regorge de jeux de mots, de calembours et de situations humoristiques. Pauline Alphen brasse les références, les cultures et les différentes mythologies avec talent, et le mélange parvient à être à la fois drôle et émouvant. D’une ligne à l’autre, on passe des grands mythes de l’Antiquité à de la pop contemporaine, en passant par les contes de Shéhérazade, et ce mélange fonctionne étonnamment bien. Le tout est mis en valeur par les magnifiques illustrations de Charlotte Gastaud, qui nous permettent de suivre la petite odalisque dans ses déambulations à travers un palais de conte de fée.

Vous l’aurez compris, j’ai eu un gros coup de cœur pour ce joli conte illustré, à offrir, à lire, puis à relire plus lentement pour savourer la poésie de certains passages.

~Marmotte~