preauxclercs530-2013 A l’approche des fêtes un sublime volume des éditions Le pré aux clercs nous a été proposé en partenariat. Steampunk est un ouvrage qui a mon entière adhésion. Les textes  de Xavier Mauméjean accompagnent les remarquables illustrations de Didier , ces dernières me rendent incapable de faire une critique neutre de ce livre. A vous de jugez lorsque vous le lirez si vous estimez que ce sont les textes qui mettent en valeur les illustrations ou si ce sont celles-ci qui illustrent les textes. Pour ma part, je trouve que l’équilibre entre textes et illustrations est parfaitement harmonieux.

Si vous vous demandez qui est Didier Graffet je vous dirais que c’est un illustrateur indépendant connu et reconnu dans le milieu littéraire et artistique fantastique. Il a réalisé nombre d’illustrations qui ont servi de couverture de livres de chez Bragelonne. Et si vous ne le connaissez pas et bien au moins maintenant c’est fait !! Un petit plus vous pouvez aller voir son site internet: http://www.didiergraffet.com. imagesCA8VAFZR

Xavier Mauméjean est un auteur de romans policier et de science-fiction qui a reçu plusieurs prix notamment le Gerardmer en 2000 pour son roman Les mémoires de l’Homme-éléphant réédité sous le titre de Ganesha. Il est également éditeur et il dirige la collection « Royaumes perdus » chez Mango. En 2012, il devient directeur de la nouvelle collection de fantasy « Young adult » aux Editions du Pré aux clercs. (Biographie non exhaustive cela va de soi, il fait beaucoup de choses cet homme).

37actu3

Steampunk réinvente l’histoire de multiples façons. C’est la thématique d’un genre à part entière, la machine est la pièce maitresse des rouages de ces mondes parallèles, de ces autres réalités inventées. Ce sont des représentations différentes de ce qui a existé, de ce que l’on sait. Toutes ces perceptions et ces représentations se fondent toutes sur l’expression « Et si… ». Avec des « si » on peut réinventer le monde et c’est ce que Didier Graffet et Xavier Mauméjean ont fait de manière magistrale. Ici le texte a une valeur informative, autant que narrative, ce sont les illustrations qui donnent les lettres de noblesse au livre. Chacune d’entres elles est riche en détails et éléments à la fois futuristes et passés. Qu’importe les époques, que ce soit dans l’Antiquité ou au XXe siècle, le steampunk donne toujours un parfum de futur où hommes et machines se complètent jusqu’à parfois ne former plus qu’un. Ce qui est génial, c’est la variation stylistique de Xavier Mauméjean suivant la thématique. Ainsi dans « Nova Roma » il raconte l’adaptation moderne des jeux dans l’arène du Colisée à la manière d’un commentateur sportif. Ici, nuls chars et chevaux, les bolides sont mécaniques.

The End of War

Nous avons donc ici une redéfinition de classiques de la littérature avec le « rêveur de Notre-Dame », le mythe de Troie est revu de même que la découverte du Nouveau monde. La qualité de reproduction des oeuvres de Didier Graffet est excellente. C’est de la haute qualité et on en a pour la prix de l’ouvrage. Des illustrations en double page, des mythes bien réadaptés, des machines réinventées et des villes cultes comme Paris ou Chicago qui entrent dans une nouvelle dimension. Nous pouvons voir les textes comme dystopiques ou les apprécier en simple steampunk. Nous sommes pris dans la mouvance du phénomène et on ne lâche plus le livre avant d’avoir tourné la dernière page.

« Nous entrons dans le XXe siècle. La cathédrale se dresse fièrement dans le Paris moderne. Son imposante structure d’acire resplendit aux feux du soleil couchant dont les rayons traversent l’immense rosace.

On distingue un robot travailleur, cabossé et rayé, dont la peinture et les marquages sont délavés par les intempéries.

Il semble rêver à côté d’une gargouille, peut-être à ses maitres ou à la liberté des oiseaux. Après quoi il retournera à son œuvre, sonner et entretenir la citadelle de pierre, une tâche dont il s’acquitte parfaitement et qui pourrait le rendre fier, si un être artificiel était capable de sentiments. Et si… » (« Le rêveur de Notre-Dame », p.60)

J’ai adoré cet ouvrage. Il dépasse la qualité de simple livre. Il fait parti des beaux-livres, de ceux que l’on conserve lorsqu’on apprécie le graphisme bien dessiné et détaillé de Didier Graffet. Il est important de souligner en cette période de fête que Didier Graffet et Xavier Mauméjean seront en dédicace samedi 21 décembre de 15h30 à 19h30 à la librairie L’Antre-monde dans le XIe arrondissement de Paris.

-Nyankomarie-