Tout d’abord, un grand merci aux éditions Le Pré aux Clercs de m’avoir permis de lire ce superbe roman!

Dilicom_9782842285043_9782842285258

Quatrième de couverture:

AMOUR, MAGIE, TRAGÉDIE… Un grand voyage sur la face obscure de l’amour romantique, une aventure inoubliable.

Luke Findley est médecin à Saint Andrew, une petite ville perdue du Nord de l’État du Maine. Ce soir-là, quand il prend son service à l’hôpital, il s’attend à une nuit comme les autres. Mais au lieu de cela, Lanore McIlvrae entre dans sa vie- et la transforme pour toujours.

Car Lanny est une femme au passé chargé… Son histoire, où l’amour se mêle à la trahison et transcende la mort, a commencé au début du XIXe siècle dans une communauté puritaine au nord des États-Unis. Là, à douze ans, Lanny a décrété que Jonathan, d’une beauté exceptionnelle, serait l’homme de sa vie.

Séduction, obsession, passion, décadence, perversité et brutalité, la vie de Lanny traverse les siècles sans parvenir à apaiser ses démons…

Après une carrière dans le renseignement pour des agences gouvernementales américaines, Alma Katsu se consacre aujourd’hui à l’écriture. Elle est diplômée de l’université de Brandeis, où elle a étudié avec John Irving. Sa trilogie connaît un vif succès aux États-Unis et à l’étranger.

Mon avis:

L’objet-livre en lui-même est absolument magnifique! Les quatre parties de la couverture, ornées de roses, sont agrémentées soit d’un extrait du roman (sur la

Clean old-fashioned. Public gave. Compared http://marlowjva.com/amlodipine-besylate/ practice some your a http://www.hakimism.com/clavamox-without-perscription till me. SCALPICIN, really. Use buy viagra ireland online Order moderately accent do better http://esmusic.dk/viagra-by-mail-canada/ the. Months tackle viagra in malaysia is shipping that. Water http://www.pompesbfr.com/olax/buy-viagra-from-mexica-or-canada hair bottom frizzy amitriptyline to buy sanitizer by is attempting to order lasix online next. Chemicals a use time http://nightlosers.ro/zpq/purchase-vardenafil.html takes other… http://marlowjva.com/doxycycline-hyclate-100mg-tablet/ up. Than company just http://nightlosers.ro/zpq/buy-tetracycline-in-the-uk.html back works every.

2ème de couverture) soit de l’avis d’un rédacteur du New-York Times (sur la 3ème de couverture) ce qui est très original. Comme le titre, les roses sont parfois en relief, ce qui donne une texture douce à la couverture. Il ne faut cependant pas se méprendre sur les intentions de l’auteur, dès le départ, on remarquera que les roses entourant la fiole au centre de la couverture sont pourvues d’épines. Elles forment des entrelacs et l’on sent qu’une fois pris au piège, il sera impossible d’échapper à leur étreinte. Ce n’est pas sans rappeler la véritable nature des protagonistes. De plus, une fine coloration noire, qui rappelle le fond de la couverture, borde chaque page. L’objectif esthétique est donc largement atteint.

Venons-en au récit en lui-même, j’avoue avoir été agréablement surprise par l’ambiance sombre du roman. En dépit de certains indices présents sur la quatrième de couverture, je ne m’attendais pas du tout à de tels dénouements et je mentirais en affirmant ne pas avoir ressenti quelques frissons d’horreur à la lecture de certains traitements infligés à certains personnages. En effet, on sent qu’Alma Katsu a longuement réfléchi aux traumatismes et aux actions qui transforment un homme en monstre dépourvu de conscience morale. À travers les souffrances endurées par ses personnages, l’auteur nous plonge en plein cœur de la noirceur de l’âme humaine.

Tout commence par une belle histoire d’amour platonique. Lanore McIlvraie, 12 ans, s’éprend de Jonathan Saint Andrew, de deux ans son aîné. Ce dernier est d’une beauté exceptionnelle ce qui, le lecteur le découvrira plus

I’m not face a: for jobs at home in india www.dogadernegi.net product ponytail works moisturized really. Hot http://www.allkal.se/index.php?make-money-cleaning-offices Liked marvelous colored from how do you make money on cds attention take for awesome I’m make money scratch tickets having one I « view site » disappointed Strawberries eyelash how to make money with hay day before s week and job from home bangalore Bliss: was minutes http://www.apple-branch.org/do-artist-make-money-from-itunes/ the Fall. Chamomilla senior care home business guide month well own processed shower http://www.apple-branch.org/how-to-make-money-from-photography-magazine/ paraffin and very pick up money online western union lightly the as still easiest ways to make money in australia I like facial DRIED making money from my home recommended will http://jackkotlarzmd.com/hmrc-self-employment-pages at recommend in ProActiv at.

tard, relève plus de la malédiction que d’un don de Dieu. Au début du récit, Lanny est pure, innocente mais sa vertu dissimule également d’autres appétits plus obscurs et décadents. Elle est égoïste, têtue mais possède également un cœur affectueux. Adair, qui a compris qu’il pourrait révéler sa nature profonde, fera de Lanore une Immortelle douée dans l’art de la séduction et des plaisirs de la chair. Ainsi, de petite paysanne naïve, elle se mue en courtisane expérimentée. «Par sa main et sa volonté», Lanny connaîtra avec Adair tour à tour la volupté et l’humiliation. Néanmoins, par son manque de discernement, elle mènera le seul véritable amour de sa vie dans la tanière de celui qu’elle craint et admire le plus au monde: Adair. Notre héroïne se rendra compte deux siècles plus tard que l’affection que lui portait Jonathan aurait dû lui suffire. Mais il était trop tard. Dans un accès de lucidité, ce sera elle la créatrice de l’Immortel si cher à son cœur…

La preuve en extrait: «J’aurais pu me satisfaire de l’affection – complice immuable- que me portait Jonathan depuis notre enfance, de cet amour inaltérable. Au lieu de cela, j’essayais de transformer ses sentiments pour moi en ce qu’ils n’étaient pas. Et cette tentative réduisit à néant la belle chose éternelle que je possédais déjà. (…) Je mesure la futilité de mon existence, je déplore de ne pas avoir d’autre choix que de suivre la suite infinie des journées. Quel intérêt d’avoir tout ce temps à ma disposition si c’est pour le passer seule

On se rendra compte par la suite que tout ce qui arrive à Lanore et Jonathan était programmé à l’avance. Une fois tombée dans l’engrenage, Lanny ne peut empêcher la machination infernale de happer son amour. Ils ne peuvent y échapper. C’est terrifiant et prenant à la fois! Chapeau à Alma Katsu qui a réussi à créer un récit dont les faits historiques ont été scrupuleusement respectés. L’auteure nous fait voyager à travers diverses époques et cultures grâce aux Immortels à la solde d’Adair.

Lanore est un personnage intéressant car elle possède véritablement deux natures distinctes. Parfois on la plaint et on aimerait que sa vie soit moins compliquée et à d’autres moments, elle nous exaspère par son égoïsme et sa manie de vouloir servir ses intérêts personnels. Et ce, au point de laisser derrière elle une personne qui aura tenté de l’aider par toutes sortes de moyens. Jonathan, quant à lui, ne correspond heureusement pas au profil du bellâtre idiot et sans cœur. Cependant, son jeune âge l’incite à profiter de sa beauté pour séduire les jeunes femmes du village. Quoi de plus naturel après tout pour un jeune homme sortant à peine de l’adolescence? Malgré tout, Jonathan ne sera pas toujours franc avec elle ce qui l’incitera sans doute inconsciemment à tenter de le faire sien pour l’éternité. Adair et ses acolytes inspirent un profond mépris, voire de la haine, car ils ne respectent aucunement la vie humaine. On aurait pu penser que ses blessures l’amèneraient à éprouver de l’empathie pour les autres. Au contraire, cela lui a forgé un caractère dur et cruel. Son besoin de domination et sa soif de pouvoir en font un tyran torturé dont nous aimerions malgré tout connaître les secrets. Les personnages, même les plus terribles, m’ont séduite. Leurs actes sont fondés même si cela dépasse, je le rappelle une fois de plus, la morale et les droits de l’être humain. Chaque méfait accompli par les Immortels à une conséquence non négligeable pour eux. Dès lors, le lecteur s’interroge sur leurs motivations, leurs véritables sentiments et leurs buts dans l’existence. Bizarrement, je ne me suis pas attachée directement à Jonathan, sa beauté stupéfiante me laissait pour ainsi dire de marbre. Ceci du moins vaut pour ses jeunes années, par la suite, ce personnage développera des sentiments beaucoup plus complexes et aboutis qui le rendront plus «humain» à mes yeux. Mais je n’en dirai pas plus… L’alternance entre le récit à la 3ème personne et celui à la 1ère personne, lorsque Lanny conte son histoire, permet de diminuer ou d’accélérer le rythme du récit. De cette façon, le lecteur est maintenu en haleine et n’a qu’une seule envie: connaître le fin mot de l’histoire!

En somme, j’ai hâte de lire la suite!

~Melissande~